Résultats de la recherche pour ' arme art '

UNE INFORMATION : Colloque d’Amiens 2011

Appel à communications pour le colloque « Guerres, œuvres d’art et patrimoine artistique aux époques moderne et contemporaine » - Amiens – Université de Picardie Jules Verne – 16 – 17 – 18 mars 2011 

Le Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’Université de Picardie organisera, les 16, 17 et 18 mars 2011, un colloque intitulé « Guerres, œuvres d’art et patrimoine artistique aux époques moderne et contemporaine ». Ce colloque se situe dans la continuité de ceux organisés par le CHSSC les années antérieures, avec « Les femmes et la guerre », « Justice de guerre, justice en guerre ». L’objectif est de contribuer à une histoire culturelle des guerres sur la longue durée. Les guerres interétatiques et les guerres civiles entrent dans le cadre de ce programme. S’il inclut la Seconde Guerre mondiale, sur laquelle les recherches sont déjà substantielles[1][2], il ne saurait se limiter à cette période. Les autres conflits de l’époque contemporaine, en particulier la Première Guerre mondiale, comme ceux de l’époque moderne, doivent tenir une place essentielle dans ce programme.

Les thèmes suivants seront abordés :

1.                     Les atteintes aux œuvres d’art et au patrimoine artistique induites par ces conflits : destruction volontaire ou accidentelle de monuments, iconoclasme, fonte d’objets d’art, pillage de collections particulières et de musées, saisies, transferts dans un pays étranger… Une atteinte toute particulière sera portée à la manière dont ces atteintes sont utilisées par la propagande, dans le cadre du développement de « cultures de guerre ».

2.                     La protection des œuvres d’art et du patrimoine artistique : mise à l’abri de monuments, évacuation de collections et de musées, sort des objets mobiliers, constitution de dépôts… Les initiatives étatiques comme privées seront étudiées. L’instrumentalisation de la protection du patrimoine de l’ennemi sera l’un des axes de réflexion (voir, par exemple, le rôle du Kunstschutz dans la France occupée lors des deux guerres mondiales).

3.                     Le sort des œuvres d’art et du patrimoine artistique à la sortie de la guerre. On s’interrogera sur les modalités de la restitution des œuvres pillées, le retour et la réinstallation des œuvres évacuées, l’utilisation des dommages de guerre, la question de la restauration et celle de la reconstruction des monuments détruits (avec une attention particulière portée à la question reconstruire/ne pas reconstruire : un monument détruit peut-il devenir un lieu de mémoire ?), les partis architecturaux choisis pour les restaurations et les reconstructions…

Tout type d’approche peut être admis, par exemple des monographies de monuments ou d’institutions particulièrement représentatifs (une cathédrale, un misée à travers es guerres…), des approches institutionnelles (histoire d’administrations, de dépôts…), des entrées par type de patrimoine (statues, vitraux, cloches, orgues…), des biographies de personnalités impliquées, des études de textes de propagande… Le patrimoine écrit entre naturellement dans le sujet (archives, bibliothèques…).

Les propositions de communications, accompagnées d’un résumé d’une dizaine de lignes, sont à adresser à Philippe Nivet, professeur d’histoire contemporaine, directeur du Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits, avant le 31 mars 2010 : philippe.nivet@u-picardie.fr ou nivet.p@wanadoo.fr



[1]. Voir par exemple Lynn H. Nicholas, Le pillage de l’Europe, les œuvres d’art volées par les nazis, Seuil, 1995 ; catalogue de l’exposition A qui appartenaient ces tableaux ?, Musée d’Israël, Musée d’art et d’histoire du judaïsme, 2008 ; Laurence Bertrand Dorléac ; L’art de la défaite 1940-1944, Seuil, 1993 ; Corinne Bouchoux, Rose Valland, La résistance au musée, Geste Editions, 2006 ; Michel Rayssac, L’exode des musées, Payot, 2007 ; Sophie Cœuré, La mémoire spoliée, Payot, 2007 ; Le Louvre pendant la guerre, Musée du Louvre, 2009… 

[2]. Sur laquelle s’amorce la recherche, notamment grâce aux archives de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Voir par exemple Christina Kott, Préserver l’art de l’ennemi ? Le patrimoine en Belgique et en France occupées (1914-1918), Bruxelles, Peter Lang, 2006 ; Isabelle Chave, « Le carmel du Bois-Chenu, dépôt de repli pour le patrimoine artistique de l’Est de la France en 1918-1918 » dans Une sainte des tranchées, Jeanne d’Arc pendant la Grande Guerre, Conseil général des Vosges, 2008. 

Appel à communication modifié le 7 novembre

« De la guerre dans l’art, de l’art dans la guerre : artistes, œuvres et pratiques artistiques face aux guerres du XXe siècle »  Ce colloque reçoit le soutien de : -          Le Centre de Recherche HAR (Histoire, Arts, Représentations – Université Paris Ouest Nanterre la Défense)

-          L’Ecole Doctorale (395) « Milieux, Cultures et Sociétés du Passé et du Présent » (Université Paris Ouest Nanterre la Défense)  -          Le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne 

Appel à contribution : 

Le colloque qui se tiendra à Agen (Lot-et-Garonne) les 29 et 30 janvier 2010 s’adresse principalement aux jeunes chercheurs. Il devrait permettre de faire un point sur les recherches universitaires actuelles (internationales) portant sur les liens qu’entretiennent les artistes et leur art (arts plastiques/musique) avec les « conflictualités » guerrières du XXe siècle. 

Les conflits du XXe siècle, particulièrement les deux guerres mondiales, ont longtemps été perçus comme des périodes marquées soit par une absence de création, soit par la mise en place d’une esthétique officielle imposée, soit par un retour à des « formes anciennes » ou bien encore comme un « point zéro » qui permettait ensuite d’élaborer de nouvelles formes. Avec le développement de l’« histoire culturelle », et l’intérêt croissant porté aux arts extra-occidentaux, des approches interdisciplinaires enrichissantes ont été réalisées, offrant une meilleure compréhension des ruptures apparentes, des continuités et des répétitions (de guerres en guerres) qui se sont opérées en matière de création, laissant place à une histoire des arts plus nuancée.

Face à la multiplication des études portant sur ce thème, il apparaît aujourd’hui possible de procéder à un croisement et à une confrontation des problématiques liant « art et guerre », non seulement concernant les deux guerres mondiales, mais aussi à partir d’études portant sur d’autres conflits du XXe siècle : guerres civiles, guerres coloniales ou de décolonisation, conflits ethniques, religieux. À travers cette confrontation, il s’agira d’élaborer une pensée transversale et diachronique permettant de décloisonner et d’enrichir les regards portés sur ce sujet. Les propositions de différentes disciplines seront les bienvenues (histoire de l’art, histoire, musicologie, anthropologie, sociologie, etc.) de même que des approches pluridisciplinaires.  Un des objectifs de ce colloque sera de développer une réflexion sur la/les manière(s) dont les conflits (selon leur durée, leurs modalités et leurs enjeux) marquent les créations plastiques et musicales, et en parallèle de mettre en évidence les convergences et les divergences de comportements des artistes et des institutions artistiques en période de conflits armés. Le titre de ce colloque laisse émerger l’idée selon laquelle les implications des artistes dans les conflits influencent fondamentalement la création artistique. Il s’agira de comprendre plus précisément ce que la distance/l’absence de distance, permettent/empêchent d’exprimer. 

D’autres thèmes pourront être abordés, parmi lesquels :  ·         Créer/ne pas créer au cœur des conflits (soldats, civils) 

·         La création comme « nécessité » de dire/montrer/(re)présenter/évoquer ? ·         L’art comme engagement : approuver/dénoncer 

·         Violences de guerre et processus de création ·         Quelle « esthétique de guerre », au service de quelle création ? 

·         Les institutions et leur politique en période de guerre : salons, écoles, collections et musées ·         Vivre de son métier d’artiste en période de guerre  

·         Conditions économiques de la création et de la diffusion en temps de guerre  ·         La construction d’« imaginaires » de guerre dans la création, et leur diffusion ·         Véracité et/ou fabulation des œuvres relatives aux conflits 

Comité scientifique (en cours de constitution) : Michèle Alten (Maître de Conférences/HDR, Université Paris IV Sorbonne), Claire Aslangul (Maître de Conférences, Université Paris IV Sorbonne), Annette Becker (Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/Historial de La Grande Guerre Péronne), Thierry Dufrêne (Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/ INHA), Itzhak Goldberg (Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Philippe Gumplowicz (Maître de Conférences, Université de Bourgogne), Dominique Jarrassé (Professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3), Sophie-Anne Leterrier (Professeur, Université d’Artois), Ludovic Tournès (Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Carine Trevisan (Maître de Conférences, Université Paris VII).  Comité d’organisation (modifié au 1er novembre) : Marine Branland (Doctorante, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), David Mastin (Doctorant, Université Paris Ouest Nanterre la Défense). 

Modalités pour proposer une communication :  Les propositions d’intervention (300 mots maximum) accompagnées d’une brève « bio/bibliographie » vous concernant, devront être envoyées avant le 30 septembre 2009 à l’adresse suivante : art-guerre.colloque-janvier2010@hotmail.fr . Les langues de communication sont le français et l’anglais. Les postulants seront avisés de la sélection de leur proposition fin octobre 2009. *Les communications (inédites) retenues par le comité scientifique seront publiées. 

ENGLISH VERSION  “War in art, art in war: artists, artistic works and artistic processes in twentieth century’s warfare” 

Call for papers: 

A two-day conference – devoted to arts and music –  will take place in Agen (Aquitaine, France) on 29-30 of January 2010; it is aimed at young researchers. We hope it will allow us to focus on current  international research on the links that exist between artists – and their art (plastic arts and music) – and warfare during the 20th century. 

For a long time, conflicts of the twentieth century, particularly the two World Wars, have been considered as  periods marked either by an absence of creation, an official esthetic development, a return to old traditions – or like a blank base line allowing the development a new style of art. With the development of ‘Cultural Studies’, and the growing interest in extra-occidental arts, some innovative interdisciplinary studies have been led. These offer a better understanding of apparent breaks, of some continuities and recurrences (from one war to an other), that happened, opening up a way to a more subtle history of art. With numerous studies about this topic now available, it seems possible to start crossing and comparing the problematics connecting art and war, not only from the point of view of the two World Wars, but also from studies about other conflicts which took place during the 20th century: civilian, colonial, ethnic and religious conflicts. Through this comparison the aim will be to develop a broader view, covering many disciplines and periods, which will enable opinions on this topic to be less disparate. Proposals from different scientific areas will be greatly appreciated:  history itself, history of the arts, musicology, anthropology, sociology, and also multidisciplinary studies. 

Indeed one of the objectives of this conference will be to consider the way conflicts affected plastic and musical creation  - looking at how each conflict influenced art in its own way, according to its specific particularities, duration, scale and stakes. In the same way, the objective will be to highlight the convergences and divergences which exist between the artists’ individual characters and artistic institutions in warfare.      The Conference’s general aim will allow us to cover the return effect of war on the artistic creation. We’ll have to understand how the distance or the proximity allows (or does not allow) artistic expression. Non-exhaustive possible subjects: 

  • Creativity in the heat of wars – soldiers, civilians 
  • The creation as a requirement to tell, show, depict, evoke 
  • Art as a commitment: approving or denouncing war 
  • War violence and creation’s process 
  • “Oh! What a lovely war”: influences between war and creation 
  • Institutions and their policy during the war: exhibitions, art schools, collections and museums 
  • Earning one’s living with art during a war 
  • Economic conditions of creation and art diffusion in warfare  
  • Creation of imaginary worlds of war and their distribution 
  • Accuracy or imagination in artistic works dealing with war 

Scientific committee : Michèle Alten (Maître de Conférences/HDR, Université Paris IV Sorbonne), Claire Aslangul (Maître de Conférences, Université Paris IV Sorbonne), Annette Becker (Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/Historial de La Grande Guerre Péronne), Thierry Dufrêne (Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/ INHA), Itzhak Goldberg (Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Philippe Gumplowicz (Maître de Conférences, Université de Bourgogne), Dominique Jarrassé (Professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3), Sophie-Anne Leterrier (Professeur, Université d’Artois), Ludovic Tournès (Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Carine Trevisan (Maître de Conférences, Université Paris VII). New Organizing board: Marine Branland (Phd candidate, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), David Mastin (Phd candidate,Université Paris Ouest Nanterre la Défense. 

The abstract – in French or English – should be of not more than 300 words. Please submit the abstract and a short CV, by 30 September 2009 by email to: art-guerre.colloque-janvier2010@hotmail.fr . Replies will be forwarded at the end of October 2009. For the participants, the costs of travel and lodging will be paid for in full or in part.  Articles retained by the scientific committee, will be published after the conference. 


[1] Terme fréquemment employé par l’historien Stéphane Audoin-Rouzeau, notamment dans Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe – XXIe siècle), Seuil, 2008.


août 2019
L Ma Me J V S D
« avr    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : Concert des PBMF
    <b>15052010815.jpg</b> <br />

tyjey |
debarquement2009 |
histoire/géographie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Anglais pour non-spécialist...
| videohistgeo6eme
| Le Lensois Normand